Au sortir du communisme, les entreprises roumaines se trouvaient surdimensionnées et inefficientes. La première loi sur les privatisations, dont le but était de revitaliser le système productif roumain, remonte à août 1991. Un an auparavant, une loi avait prévu que toutes les "unités économiques" soient transformées en sociétés commerciales, en vue d'être privatisées, ou en régies autonomes, dans les domaines où l'Etat voulait continuer à exercer un contrôle.

Malgré une qualification élevée et des salaires plus faibles que dans les autres pays de l'Union européenne, la Roumanie a longtemps figuré en queue de classement de compétitivité de l'IMD. Grâce aux réformes engagées, 2014 a vu la Roumanie effectuer un bon significatif, passant de la 55e à la 47e place du classement de l'IMD. En 2015, la Roumanie se maintient au 47e rang. Le pays se situe à des niveaux proches de ceux de la Russie, de la Slovénie, de la Hongrie et de la Slovaquie, mais il reste encore très loin derrière les bons élèves que sont la Lituanie, la République tchèque ou la Pologne.

Classement IMD de produtivité dans le monde pour 2015

Dans les autres rubriques

Les entreprises roumaines

Ressources utiles

500 prestataires francophones pour les affaires et l'expatriation en Roumanie

Les guides sont également disponibles pour la Slovaquie, la République tchèque et la Bulgarie